Non-lieux
dessin, 2020






Les escaliers, les ascenseurs, les lieux de transport, les espaces publics... Tous les espaces auxquels nous ne faisons plus attention me fascinent. Je suisintéressée par cette vitesse, ce mouvement, ce flux perpétuel qui paraît ne jamais finir. C’est là que les gens se croisent mais ne s’arrêtent jamais. L’espace devient tout à coup fluide, occupé, dynamique. Puis finalement, redevient vide, statique. En fonction du temps, tout se transforme et devient mouvement, ou s’arrête tout à coup. Ces non-lieux deviennent finalement des espaces auxquels mon regard redonne de l’importance, des lieux oubliés, vides de toutindividu, vide du bruit perpétuel de la ville et de la modernité.